Fédération Compagnonnique LIMOGES

Compagnonnage européen: la CCEG

Qu'est-ce que la CCEG?

CCEG, pour Confédération des Compagnonnages Européens/Europäische Gesellenzünfte, est une association destinée à favoriser les échanges et les rencontres entre les compagnonnages européens (Allemagne, Belgique, France, Scandinavie, Suisse).

La CCEG est une association professionnelle, à but non lucratif, ses missions sont les suivantes :

- Promouvoir les traditions des compagnonnages afin de développer une meilleure compréhension entre les pays
- Intégrer au mouvement de jeunes professionnels européens en les sensibilisant au voyage, à la formation professionnelle et humain
- Entretenir des relations de métiers entre les sociétés membres de différentes nations
- Aider et faciliter le perfectionnement professionnel
- Apporter une meilleure fraternité entre les peuples par le voyage et le métier.


Activités

La CCEG édite pour ses membres une revue semestrielle, organise les assemblées et autres rencontres, propose des stages de formation professionnelle et favorise l’accueil dans les maisons des compagnons de jeunes itinérants d’autres sociétés et pays.


Histoire de la CCEG

Les premiers contacts

Bien avant la création de la CCEG, des contacts existaient entre compagnonnages allemand et français. Une photo l’atteste : datée du 12 octobre 1930, elle fut prise à Paris lors d’une manifestation en l’honneur de George Sand (voir ci-contre). On remarque sur cette photo des compagnons allemands en tenue.

Les prémices de cette association européenne datent de 1939 ; Roger Lecotté, qui sera le premier conservateur du Musée du compagnonnage à Tours, organise une exposition « les compagnons du Tour de France », il évoque alors le souhait de donner une dimension européenne à ce projet. La déclaration de la seconde guerre mondiale coupera court à cette initiative.

La guerre oppose les deux peuples, en Allemagne comme en France le compagnonnage est proscrit.


Le développement après-guerre jusqu’à aujourd’hui

En 1951, toujours sous l’impulsion de Roger Lecotté, à l’occasion du bimillénaire de Paris, une grande exposition : « Paris et les compagnons du Tour de France » était présentée au Musée National des Arts et Traditions Populaires. C’est à cette occasion que Roger Lecotté prend l’initiative de mettre en rapport les compagnons des deux bords du Rhin : l’Union Compagnonnique et les sociétés qui allaient se regrouper sous le sigle « FCMB » (Fédération compagnonnique des métiers du bâtiment et autres activités) furent favorables au projet.

En avril, 4 compagnons charpentiers allemands de la société des Honnêtes étrangers charpentiers et couvreurs d’Allemagne (cravates noires) furent reçus une semaine à Paris à l’occasion d’une exposition nationale du travail au palais de Chaillot. En novembre, 4 compagnons français, qu’accompagnaient M. Lecotté et M. Vergnole, conseiller municipal de Paris et président des expositions du travail, étaient reçus à Hambourg et entamaient des concertations en vue d’un rapprochement.

Rencontre qui débouchait sur le premier rassemblement européen du compagnonnage, à Luxembourg les 15 et 16 août 1952 ; il avait lieu en présence de représentants de l’UNESCO, du gouvernement allemand, de l’ambassadeur de France en Allemagne, de représentants des chambres professionnelles, patronales et ouvrières.

Sept cents compagnons étaient présents, venant pour la France de l’Union Compagnonnique et de la toute nouvelle Fédération compagnonnique, pour l’Allemagne et la Suisse de deux sociétés cravates noires de charpentiers et de maçons.

Le principe d’un rassemblement tous les cinq ans était alors retenu, dispositif complété par des assemblées générales annuelles. L’association prend pour nom C E G pour comité européen du compagnonnage, dénomination qui en 1983 deviendra CCEG (G pour « Gesellen », compagnon en allemand).


Les sociétés adhérentes à la CCEG

Allemagne


Les Frères de Liberté («cravates rouges»)

Les Frères de Roland («cravates bleues»)

Les Libres Vogländer («sans cravate» ou «blasons d’or»)

Les Honnêtes étrangers charpentiers et couvreurs d’Allemagne («cravates noires»)

Les Honnêtes étrangers et Résidents Maçons et Tailleurs de Pierre («cravates noires»)


Photo ci-contre: un compagnon allemand "cravate rouge" consulte des documents dans la bibliothèque du musée compagnonnique "Herbergsmuseum" de Blankenburg


Belgique

La Fédération compagnonnique des Métiers de Belgique


France

L’Union Compagnonnique Des Devoirs Unis

La Fédération Compagnonnique


Actions communes

Travailler ensemble

Outre les embauches individuelles entre ces deux pays, les Itinérants de la Fédération Compagnonnique sont très actifs au sein de la CCEG, ils participent chaque année, pendant leurs congés, à des chantiers en divers points d’Allemagne et depuis une dizaine d’année à Sibiu en Roumanie où, de concert avec des itinérants des compagnonnages allemands ils participent à la rénovation de bâtiments publiques. Ils disposent même un lieu d’accueil, La Casa Calfelor.

Autre lieu de coopération important : «l’EuropaHaus», à Dümmer, land de Basse Saxe en Allemagne, construite en collaboration entre ces compagnonnages et la municipalité du lieu, pour accueillir tous les voyageurs des sociétés adhérentes.Voir ci-dessous, une photo d'un rassemblement européen en 2016 à l'Europahaus.

Au fil des ans de grandes amitiés se sont tissées entre ces hommes de métier.


La Fédération Compagnonnique et la CCEG en 2018

En 2018, c’est la Fédération Compagnonnique qui assurera la présidence tournante de la CCEG, le rassemblement quinquennal aura lieu à Toulouse. Plus d'informations à venir prochainement!



X

Résultats de la recherche

  • Aucun résultat...

Dans les formations

  • Aucun résultat...